Sérendipité, cocktail et retour vers l'inhibition

27 juillet 2011
Par

Cherry, cocktail et Fetz-Noz

Sur le web, comme dans la vie de tous les jours, nous avons une attention très sélective.

Par exemple, lors d’un dîner avec de nombreux convives, et alors que l’on discute avec quelqu’un, il nous arrive de capter la prononciation de notre prénom à l’autre bout de la table, au travers le brouhaha ambiant : les autres conversations, la musique, les bruits de fond. Si c’est une jolie fille qui demande votre numéro à un ami tant mieux, sinon, c’est l’occasion de s’interroger sur le fonctionnement de votre attention. Ce phénomène, a été étudié pour la première fois par Cherry, en 1953 qui l’a désigné par « effet cocktail party ». Évidemment, quand on s’appelle Cherry… Bref, ce qu’il est important de se rappeler c’est que si le chercheur avait été breton, on parlerait « d’effet Fetz-Noz », ce qui contribuerait grandement à la popularisation de la culture armoricaine, mais ceci est un autre débat.

Un vrai lexique mental

Votre cerveau donc reçoit donc tous les signaux qui l’environne, mais, en fantastique machine à traiter de l’information qu’il est, il est capable de mettre en place une série de filtres sémantiques très élaborés.

De nombreuses expériences en psychologie induisent une représentation mentale sémantique. Le sens des mots joue un rôle essentiel dans leur mémorisation. En 1975 Collins et Loftus suggéraient qu’il pouvait s’agir d’un réseau neuronal sémantique. En 1996, Damasio, Grabowski, Hichwa & Damasio conclu à l’existence d’un lexique mental à trois niveaux : un niveau conceptuel contenant les informations sémantiques, un niveau lexical contenant les mots eux-mêmes et un niveau phonologique correspondant au son des mots.

Ce qui est sur c’est que les processus attentionnels sont multiples et qu’ils s’appuient sur un réseau neuronal étendu, impliquant de nombreuses régions cérébrales, permettant ainsi à l’attention d’être sélective, soutenue, orientée, partagée, exogène ou endogène, consciente et inconsciente.

S’auto-inhiber pour rester vigilant

Grâce au modèle de Posner et Raichle établi en 1994, on a une information sur le phénomène « d’inhibition de retour ». Pour faire court, après avoir permis une attention vers une cible vos neurones ont besoin de décompresser. Pour y arriver, ils donnent des vacances (un peu plus de 250 ms) à vos neuromédiateurs, histoire de pouvoir les remettre au travail à leur retour sur un nouveau projet. Ces micro-vacances vous assurent une certaine santé mentale. En effet, le cerveau étant assailli toute la journée par de nombreux stimuli, s’il ne pouvait pas limiter son attention dans le temps sur un sujet donné, vous auriez du mal à dormir et bien sur vous ne pourriez être réceptif à d’autres stimuli.

Vous pouvez également le faire consciemment. Par exemple, si comme Matthew Trentacoste, étudiant à l’université de la Colombie-Britannique qui animait un atelier aux rencontres du Quantified Self, vous souffrez de troubles de l'attention sur le web, vous pouvez utilisez le logiciel RescueTime, qui vous indiquera le temps passé sur différents outils et donc vous aidera à vous surveiller.

Pour aller plus précisément sur ce sujet, je vous conseille l'article Où va la “quantification de soi” ?

Mais elle est où la sérendipité dans ton article ?

On y vient. La capacité de votre cerveau à bien gérer vos processus attentionnels (je me focalise, je passe à autre chose), entre clairement en jeu pour comprendre l’effet « serendip ».

Le cerveau, une fois qu’il a déjà traité un mot, a du mal, après le phénomène d’inhibition de retour, à se focaliser de nouveau vers ce mot, peut être parce qu’il a déjà effectué les phases d’analyse conceptuelles, lexicales et phonologiques. C’est pourquoi il cherche d’autres points d’attention. Une page web classique ou une page de résultats d’une requête sur un moteur de recherche offre de multiples nouveaux points d’attention. Est-ce pour cela que notre cerveau nous suggère d’y porter notre attention ? Est-ce parce que notre cerveau a détecté à l’autre bout de la page (table) un mot, une image, qui fait écho dans notre lexique mental que nous y dirigeons notre attention ? La sérendipité peut-elle être réduite à un processus neuronal d’alerte attentionnelle ?

Nous avions vu dans un article précédent que chaque cerveau « allume » des zones différentes à la vue de certains « objets ». Nous savons également que notre cerveau a différents filtres syntaxiques et sémantiques qui interviennent dans les processus attentionnels et qu’ils sont activés à différents moments.

Notre capacité à gérer notre attention consciemment est également très limitée et fortement influencé par notre charge mentale et notre environnement (entre autres). Tout cela nous permet de penser que les internautes ne font pas tous la même expérience d’une visite d’une page web, c’est une expérience individuelle (oui, je sais, tout le monde le sait, mais bon là, c'est démontré). De même, l’effet serendip se manifeste de façon différente selon les individus, en fonction du courant d’influence sémantique qu’ils ont choisis et de leur état attentionnel.

Donc, s’il y avait un conseil aux webmasters qui voudrait encourager l’effet serendip, ce serait d’élargir leur champ sémantique, sinon, et c'est à mon avis plutôt la situation contraire qui sera recherché, identifiez bien votre champ sémantique et n'en sortez pas, vous aurez plus de lecteurs fidèles et spécialisés.


Sources :

Ertzscheid Olivier et Gallezot Gabriel, 2003, "Chercher faux et trouver juste, Serendipité et recherche d’information"

Fiori Nicole, 2006 , "Les neurosciences cognitives"

Paveau Marie-Anne, 2011, "Ce lumineux objet du désir épistémique"

Perriault Jacques, 2000, "Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information"


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , ,

Posté dans : L'internaute cognitif

Laisser un commentaire