Étude de la BNF sur les archives de l’Internet

Cette étude prospective sur les représentations et les attentes des utilisateurs potentiels a le mérite de présenter le principe des archives, leur fonctionnement et de mettre en avant un certain nombre de questions pertinentes.

Le web est pour beaucoup de professionnels (veille, e-reputation, communication, marketing) un terrain de recherche. En partant de ce constat, quel sens cela fait-il d’envisager d’archiver le web ? Cela est-il possible ? Dans quelles conditions et pour quels usages ?

Qu’est-ce que le web ?

Tout d’abord, quelles représentations nous faisons-nous d’hypothétiques archives du web ? A cette première question, le principe « méconnu » du fonctionnement des moteurs de recherche ainsi que les « archives » proposées par le moindre blog ou site institutionnel viennent brouiller la perception du tout venant puisqu’elle donne l’illusion d’un auto-archivage du web de par son fonctionnement même.

Ensuite, le web est un espace infini et pourtant chaque utilisateur a « son » propre web. Même les chercheurs et les spécialistes de l’information développent des réseaux « égocentrés », qui sont, autant de frein à une perception plus large du web. L’univers est infini, mais au final, à part notre système solaire, qu’est-ce que chacun d’entre nous en a comme perception de cet infini ?

Flux continu mouvant et archive figées

La principale question qui me vient à la lecture de ce document : au-delà de la capacité à « capturer » une portion de web, quel sens cela fait-il d’archiver une portion du web sans le reste de son environnement ?

Ne risque t’on pas de déformer une information en la coupant de son contexte ? Encore plus qu’ailleurs, une information sur le web, ne peut pas être définie comme pertinente, populaire, influente, crédible, fiable, de qualité, sans la contextualiser. Ôter le flux de son environnement est à mon sens plus dommageable que souhaitable. De plus « on se retrouve devant un autre problème, philosophiquement très intéressant, c’est qu’on ne peut pas archiver du flux. » Comme le fait remarquer un des participants à l’étude, le web relève plus de la tradition orale qu’écrite. Dans ce sens, le web évolue tout les jours. Au-delà des ajouts faramineux de contenu (plusieurs heures de vidéos sont mis en ligne chaque minute sur YouTube), le contenu existant est largement modifié. Une page que vous avez vu hier peut être très différente aujourd’hui, voire ne plus exister.

Mon avis

Mis à part quelques chercheurs en Sciences Humaines et, très ponctuellement, des professionnels en marketing et e-reputation, je cerne mal le profil d’utilisateurs potentiels de telles archives. Bien sur, en temps que professionnel, je me dis que c’est une démarche intéressante et que, le jour ou je pourrais en avoir besoin, ce serait bien que des archives web existe, mais, finalement, en aurais-je besoin un jour ?

En terme d’attente d’usage, ma pierre à l’édifice est bien évidemment une consultation en ligne, même si cela doit passer par un compte authentifié et identifié. Par contre, je ne tolèrerai aucun questionnement sur les motivations de consultation d’un article.


7 réflexions au sujet de « Étude de la BNF sur les archives de l’Internet »

  1. Tout n’est pas nécessairement archivé, je ne crois pas. Et puis typiquement les producteurs de textes les plus intéressants n’ont pas forcément conscience qu’ils le sont ; pour avoir pu consulter certaines archives du web je me suis rendue compte qu’il y avait quelques pépites, entièrement volatilisées depuis (soit que fermeture d’hébergeurs, soit que, dans le cas de blogs, blogs non seulement arrêté mais carrément supprimé). Sans parler de ceux pour lesquels à la suite d’un décès le site tombe, ses proches ne sachant pas qu’il y avait quelque chose à faire, ou quoi, pour en maintenir l’accès – je pense au cas d’un photographe dont le site avait l’URL logique prénomnom.fr et qui environ 30 jours après son décès aura été remplacé par un homonyme probablement tout content que le nom de domaine ait été libéré -. Bref, je trouve la démarche d’archivage utile dans l’ensemble.

    1. Mais du coup, est-ce qu’on ne peut pas se dire que si personne n’a « repéré » ces informations, ce n’est pas si grave si elles disparaissent ? Je vois ça comme une espèce d’ordre naturel d’oubli, de perte, de disparition des informations. Après tout, on sait bien qu’on a connaissance que d’une fraction des écrits des penseurs grecs, est-ce qu’on a déjà pas fait assez avec ce qu’on a récupéré ?

    1. Bonjour,

      Merci pour le lien. Effectivement c’est dans l’idée, mais il s’agit d’un nombre très limité de sites et d’une « photo » du site à différent moment. Même avec ce genre de système, on perd la notion « d’écosystème » du site. Comment le positionner alors, comment le contextualiser ?

  2. L’intérêt peut être tout bonnement dans l’accès à certains textes (littéraires) et qui autrement auraient disparu parce que par exemple l’hébergeur se serait éteint sans que l’auteur n’y prenne garde, et que ceux qui écrivent sur l’internet n’ont pas toujours conscience de la valeur de ce qu’ils offrent.

    1. Bonjour,

      Merci de votre remarque. Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il existe des textes de qualité sur le net et « uniquement » sur le net, parlons de web literacy, allez 😉
      Par contre, pourquoi tout archiver ? Certains livres dont peut être on n’a pas pris conscience de ce qu’ils offraient, tombent également dans l’oubli. Est-ce un mal ?
      Tombe t-il vraiment dans l’oubli d’ailleurs ? On voit parfois ressurgir des textes des centaines d’années après leur parution et on leur consacre un intérêt nouveau. De là à conserver tout ce qu’il y a sur le web en se disant que potentiellement on va s’en servir un jour… quid ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *