Sérendipité, cocktail et retour vers l’inhibition

Cherry, cocktail et Fetz-Noz

Sur le web, comme dans la vie de tous les jours, nous avons une attention très sélective.

Par exemple, lors d’un dîner avec de nombreux convives, et alors que l’on discute avec quelqu’un, il nous arrive de capter la prononciation de notre prénom à l’autre bout de la table, au travers le brouhaha ambiant : les autres conversations, la musique, les bruits de fond. Si c’est une jolie fille qui demande votre numéro à un ami tant mieux, sinon, c’est l’occasion de s’interroger sur le fonctionnement de votre attention. Ce phénomène, a été étudié pour la première fois par Cherry, en 1953 qui l’a désigné par « effet cocktail party ». Évidemment, quand on s’appelle Cherry… Bref, ce qu’il est important de se rappeler c’est que si le chercheur avait été breton, on parlerait « d’effet Fetz-Noz », ce qui contribuerait grandement à la popularisation de la culture armoricaine, mais ceci est un autre débat.

Un vrai lexique mental

Votre cerveau donc reçoit donc tous les signaux qui l’environne, mais, en fantastique machine à traiter de l’information qu’il est, il est capable de mettre en place une série de filtres sémantiques très élaborés.

De nombreuses expériences en psychologie induisent une représentation mentale sémantique. Le sens des mots joue un rôle essentiel dans leur mémorisation. En 1975 Collins et Loftus suggéraient qu’il pouvait s’agir d’un réseau neuronal sémantique. En 1996, Damasio, Grabowski, Hichwa & Damasio conclu à l’existence d’un lexique mental à trois niveaux : un niveau conceptuel contenant les informations sémantiques, un niveau lexical contenant les mots eux-mêmes et un niveau phonologique correspondant au son des mots.

Ce qui est sur c’est que les processus attentionnels sont multiples et qu’ils s’appuient sur un réseau neuronal étendu, impliquant de nombreuses régions cérébrales, permettant ainsi à l’attention d’être sélective, soutenue, orientée, partagée, exogène ou endogène, consciente et inconsciente.

S’auto-inhiber pour rester vigilant

Grâce au modèle de Posner et Raichle établi en 1994, on a une information sur le phénomène « d’inhibition de retour ». Pour faire court, après avoir permis une attention vers une cible vos neurones ont besoin de décompresser. Pour y arriver, ils donnent des vacances (un peu plus de 250 ms) à vos neuromédiateurs, histoire de pouvoir les remettre au travail à leur retour sur un nouveau projet. Ces micro-vacances vous assurent une certaine santé mentale. En effet, le cerveau étant assailli toute la journée par de nombreux stimuli, s’il ne pouvait pas limiter son attention dans le temps sur un sujet donné, vous auriez du mal à dormir et bien sur vous ne pourriez être réceptif à d’autres stimuli.

Vous pouvez également le faire consciemment. Par exemple, si comme Matthew Trentacoste, étudiant à l’université de la Colombie-Britannique qui animait un atelier aux rencontres du Quantified Self, vous souffrez de troubles de l’attention sur le web, vous pouvez utilisez le logiciel RescueTime, qui vous indiquera le temps passé sur différents outils et donc vous aidera à vous surveiller.

Pour aller plus précisément sur ce sujet, je vous conseille l’article Où va la “quantification de soi” ?

Mais elle est où la sérendipité dans ton article ?

On y vient. La capacité de votre cerveau à bien gérer vos processus attentionnels (je me focalise, je passe à autre chose), entre clairement en jeu pour comprendre l’effet « serendip ».

Le cerveau, une fois qu’il a déjà traité un mot, a du mal, après le phénomène d’inhibition de retour, à se focaliser de nouveau vers ce mot, peut être parce qu’il a déjà effectué les phases d’analyse conceptuelles, lexicales et phonologiques. C’est pourquoi il cherche d’autres points d’attention. Une page web classique ou une page de résultats d’une requête sur un moteur de recherche offre de multiples nouveaux points d’attention. Est-ce pour cela que notre cerveau nous suggère d’y porter notre attention ? Est-ce parce que notre cerveau a détecté à l’autre bout de la page (table) un mot, une image, qui fait écho dans notre lexique mental que nous y dirigeons notre attention ? La sérendipité peut-elle être réduite à un processus neuronal d’alerte attentionnelle ?

Nous avions vu dans un article précédent que chaque cerveau « allume » des zones différentes à la vue de certains « objets ». Nous savons également que notre cerveau a différents filtres syntaxiques et sémantiques qui interviennent dans les processus attentionnels et qu’ils sont activés à différents moments.

Notre capacité à gérer notre attention consciemment est également très limitée et fortement influencé par notre charge mentale et notre environnement (entre autres). Tout cela nous permet de penser que les internautes ne font pas tous la même expérience d’une visite d’une page web, c’est une expérience individuelle (oui, je sais, tout le monde le sait, mais bon là, c’est démontré). De même, l’effet serendip se manifeste de façon différente selon les individus, en fonction du courant d’influence sémantique qu’ils ont choisis et de leur état attentionnel.

Donc, s’il y avait un conseil aux webmasters qui voudrait encourager l’effet serendip, ce serait d’élargir leur champ sémantique, sinon, et c’est à mon avis plutôt la situation contraire qui sera recherché, identifiez bien votre champ sémantique et n’en sortez pas, vous aurez plus de lecteurs fidèles et spécialisés.


Sources :

Ertzscheid Olivier et Gallezot Gabriel, 2003, « Chercher faux et trouver juste, Serendipité et recherche d’information »

Fiori Nicole, 2006 , « Les neurosciences cognitives »

Paveau Marie-Anne, 2011, « Ce lumineux objet du désir épistémique »

Perriault Jacques, 2000, « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information« 

Étude de la BNF sur les archives de l’Internet

Cette étude prospective sur les représentations et les attentes des utilisateurs potentiels a le mérite de présenter le principe des archives, leur fonctionnement et de mettre en avant un certain nombre de questions pertinentes.

Le web est pour beaucoup de professionnels (veille, e-reputation, communication, marketing) un terrain de recherche. En partant de ce constat, quel sens cela fait-il d’envisager d’archiver le web ? Cela est-il possible ? Dans quelles conditions et pour quels usages ?

Qu’est-ce que le web ?

Tout d’abord, quelles représentations nous faisons-nous d’hypothétiques archives du web ? A cette première question, le principe « méconnu » du fonctionnement des moteurs de recherche ainsi que les « archives » proposées par le moindre blog ou site institutionnel viennent brouiller la perception du tout venant puisqu’elle donne l’illusion d’un auto-archivage du web de par son fonctionnement même.

Ensuite, le web est un espace infini et pourtant chaque utilisateur a « son » propre web. Même les chercheurs et les spécialistes de l’information développent des réseaux « égocentrés », qui sont, autant de frein à une perception plus large du web. L’univers est infini, mais au final, à part notre système solaire, qu’est-ce que chacun d’entre nous en a comme perception de cet infini ?

Flux continu mouvant et archive figées

La principale question qui me vient à la lecture de ce document : au-delà de la capacité à « capturer » une portion de web, quel sens cela fait-il d’archiver une portion du web sans le reste de son environnement ?

Ne risque t’on pas de déformer une information en la coupant de son contexte ? Encore plus qu’ailleurs, une information sur le web, ne peut pas être définie comme pertinente, populaire, influente, crédible, fiable, de qualité, sans la contextualiser. Ôter le flux de son environnement est à mon sens plus dommageable que souhaitable. De plus « on se retrouve devant un autre problème, philosophiquement très intéressant, c’est qu’on ne peut pas archiver du flux. » Comme le fait remarquer un des participants à l’étude, le web relève plus de la tradition orale qu’écrite. Dans ce sens, le web évolue tout les jours. Au-delà des ajouts faramineux de contenu (plusieurs heures de vidéos sont mis en ligne chaque minute sur YouTube), le contenu existant est largement modifié. Une page que vous avez vu hier peut être très différente aujourd’hui, voire ne plus exister.

Mon avis

Mis à part quelques chercheurs en Sciences Humaines et, très ponctuellement, des professionnels en marketing et e-reputation, je cerne mal le profil d’utilisateurs potentiels de telles archives. Bien sur, en temps que professionnel, je me dis que c’est une démarche intéressante et que, le jour ou je pourrais en avoir besoin, ce serait bien que des archives web existe, mais, finalement, en aurais-je besoin un jour ?

En terme d’attente d’usage, ma pierre à l’édifice est bien évidemment une consultation en ligne, même si cela doit passer par un compte authentifié et identifié. Par contre, je ne tolèrerai aucun questionnement sur les motivations de consultation d’un article.

Sérendipité, grand-mère et raid 5

Théorie hiérarchique de la perception

On commence par le cerveau. En 1972 d’abord, l’équipe de Gross, Rocha-Miranda & Bender, puis en 1984 avec Desimone, Albright Gross & Bruce, des travaux (*) permettent d’identifier, dans le cortex inféro-temporal, des neurones répondant sélectivement à des formes complexes (comme la vision d’une main ou d’un visage). La réponse des neurones activés par la vision d’une main diminue dès que la forme du stimulus s’en éloigne (gant, moufle, trident).

Au sommaire :

L’hypothèse du neurone de la grand-mère

Notre cerveau est en RAID 5

Pourquoi une idée nous fait penser à une autre idée ?

A lire sur le blog de l’auteur.

Cartographie d’influence de la systémique communicationnelle

Toujours dans le cadre de mon master en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, je vous propose ce lundi une carte des courants d’influence de la systémique communicationnelle.

A lire sur le blog de l’auteur.

Métacognition en centre de documentation, conclusion

Dans le cadre de mon master en Information et Communication à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et suite à mes 8 articles présentant ma réflexion sur l’émergence de la métacognition en centre de documentation, je mets à disposition le document complet comprenant la conclusion, téléchargeable au format pdf.

Métacognition en centre de documentation  

Voir tous les documents publiés par Guillaume-Nicolas MEYER sur Slideshare.

Carte heuristique de l'autorité cognitive sur le web

Dans le cadre du master Information et Communication de l’université Paul Valéry de Montpellier, je vous présente une carte heuristique réalisée dans le cadre d’un cours destiné à cerner le champ des Sciences de l’Information. L’objectif du devoir est de réaliser une synthèse sur un sujet validé par l’enseignant responsable.

À l’heure où tout le monde peut rechercher n’importe quoi sur le web, j’ai choisi de chercher à comprendre les mécanismes que chacun met en place pour arriver à une pertinence sociocognitive suffisamment satisfaisante pour « classer » un document en terme de confiance et d’utilisabilité : « utile, mais pas crédible », « pertinent, mais inutile », « populaire, mais pas fiable », etc.

Vous pouvez naviguer dans la carte heuristique sur l’autorité cognitive sur le web ou télécharger ce pdf  « Arriver à une pertinence sociocognitive satisfaisante (1.6 Mo) ».

Mes principales références sont les textes suivants :

  • Évaluation de l’information sur Internet : le défi de la formation (Alexandre Serres)
  • Construction de l’autorité informationnelle sur le web (Évelyne Broudoux)
  • Chercher faux et trouver juste, Serendipité et recherche d’information (Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot)
  • Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations institutionnelles (Olivier Le Deuff)
  • Crédibilité[s] (Martin Lessard)
  • La pertinence en sciences de l’information : des modèles, une théorie ? (Brigitte Simonnot)

Je vous invite bien sur à réagir, aussi bien à mon postulat de départ qu’à mon cheminement d’idées (que vous trouverez dans la carte).

Les deux documents ont été réalisés avec la version d’essai de MindManager 9 (excellent outil).

Les réseaux sociaux, facilitateurs de relations

Voici deux interviews de deux sociologues qui s’expriment sur les réseaux sociaux.

Le premier interview est une vidéo du sociologue Stéphane Hugon fait pour le magazine Books. Pour lui, les réseaux sociaux permettent à des gens peu à l’aise en société d’opter pour un protocole relationnel moins « dangereux » du point de vue de l’ego, du soi, des angoisses relationnelles. Les réseaux sociaux sont donc des accélérateurs de rencontres.

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/xezsb2_un-ami-sur-internet-est-un-leurre_news[/dailymotion]

La deuxième interview est un podcast du sociologue Antonio Casilli, interrogé à l’occasion de la sortie de son livre « Les liaisons numériques« . Lui, qui est un chercheur de terrain, explique bien la dématérialisation du corps liés à l’usage des réseaux sociaux et la construction d’un soi idéal.

Les liaisons numériques selon Antonio Casilli (17 minutes)

Ce qui me frappe, c’est qu’ils disent exactement la même chose, c’est à dire, que le façonnage d’un soi parfait virtuel (avatar, compétences, etc.) n’est pas du tout limitatif de relations sociales concrète (IRL – In Real Life). Bien au contraire, les utilisateurs de réseaux sociaux utilisent leurs interactions virtuelles pour augmenter leurs interactions réelles.

Sources :

USI 2010, ma sélection des vidéos

Vous trouverez ci-dessous ma sélection des vidéos de l’USI 2010.

Désordinateurs : quand la fonction des technologies consiste à rebattre les cartes

Comment Internet impacte la stratégie de l’entreprise ?

Web (2.0): la révolution n’aura pas lieu

Le web en entreprise : comment l’expérience individuelle catalyse la mutation collective

Collaboratif, Réseaux Sociaux, 2.0 : on y va, on y va pas ?

Information, confiance et crédibilité

Je réponds au post de Martin Lessard sur « les moteurs de confiance » ici, car je vais m’étendre…

Je précise que cet échange s’appuie, entre autre, sur un document d’Olivier Ertzscheid et de Gabriel Gallezot sur la valeur d’une information et son appréhension sur les bases de constructions cognitives antérieures.

Lire l’article sur le blog de l’auteur.